Le WE de Charles Baguette: à la découverte de la baguette Gérard Depardieu

Prénom: Charles. 

Nom de famille: Baguette. 

Habite à: Paris. 

Signe distinctif: Adore le... pain! 

Une journée sans pain c'est comme la classique San Sebastian ou une nuit sans lune. Inimaginable!

Voici en quelques séquences à quoi pourrait ressembler le week-end de notre panivore préféré. 

  • Vendredi

    Après une semaine professionnelle très chargée je n’ai qu’une seule envie : m’aérer l’esprit. Je quitte le bureau à 11h ! Aucune envie de m’éterniser au milieu de la paperasse. Direction la rue de Ponthieu avec l’Atelier des Pains dont la boutique élégante nous rappelle que l’on se trouve en plein cœur du Triangle d’Or parisien. Le pain au chocolat ? Avalé en moins d’une minute. Onctueux. Plaisant. Léger. Une tartelette au chocolat ? Fondante. Entraînante. Intense. Je retrouve Jacky au Rond-Point des Champs-Elysées. Vous connaissez Jacky ? C’était mon professeur de philosophie à l’époque où j’étais en terminale L. « Alors Charlie, quoi de neuf depuis la dernière fois qu’on s’est vus ? Tu as relu le Gorgias dePlaton ? » Je ne vois pas de quoi il parle alors j'embraie sur la musique classique, son autre passion. Nous plongeons en « apnée conceptuelle » autour de l’œuvre de Richard Wagner pendant quelques minutes, le temps d’arriver devant le Grand Palais. Là, nous montons les marches menant à l’auditorium où sont projetés des films en lien avec les expositions en cours. Dans le cadre du « cycle Picasso inattendu » nous visionnons Le regard Picasso dans lequel la cinéaste Nelly Kaplan a essayé de « donner en 52 minutes un aperçu des œuvres les plus variées et les plus déroutantes du XXème siècle. » Aussi croustillant qu'un épisode de la série Hannibal.


  • Samedi

    Le ciel est dégagé, quelques rayons de soleil illuminent la ville et moi je suis confortablement allongé sur la scène de la Maison de la Poésie. A mes côtés une foule compacte est prête pour une sieste acoustique et littéraire. Un moment de paix totale où le public, confortablement installé sur des coussins dispersés sur la scène du théâtre, ferme les yeux et écoute les voix envoutantes des chanteurs, auteurs et musiciens. Au sortir de cette expérience envoûtante, je vais m’installer à la terrasse de la boulangerie de Thierry Eygonnet, rue des Archives, où trois Japonaises me posent mille et une questions sur les adresses gourmandes de la capitale. A peine le temps de tremper mes lèvres dans mon chocolat chaud et de croquer le palmier doré disposé sur mon plateau…

  • Dimanche

    Après-midi détente au Parc Montsouris. J'observe les canards et mouettes qui s'agitent sur le lac quand mes yeux tombent sur une belle baguette d'Ersnest & Valentin entourée d'une page du Figaro. Bien en évidence une photo de Gérard Depardieu. Pas de doute, il s'agit d'une "baguette Depardieu": dodue, loquace, sensible, elle fait rire les enfants et chanter les oiseaux. Le parc se transforme en cirque, tout le monde veut goûter la "baguette Depardieu". Je m'apprête à regagner mon domicile lorsque mon copain Aldo m’appelle pour me proposer de l’accompagner au Bal de l’Alimentation Générale qui débute sur les coups de 20h. « Un bal le dimanche soir ? Mais c’est insensé Aldo ! Demain on travaille ! » Et c’est justement parce que c’est insensé que j’accepte. Pour me booster je fonce à la boulangerie Bo et fais main basse sur ce qu’il reste de pain fenouil-raisin. Croustillant en diable ce pain ! Le goût puissant du fenouil me donne plus d’énergie que si j’avais bu vingt canettes de taurine pure. Alors impatient de me trémousser sur des airs de samba et de musique électronique je grimpe sur le porte-bagages d’un Vélib conduit par une superbe demoiselle et lui demande de me déposer au « Bal du dimanche »…

    Bon week-end!

Pour info ...

Crédits photo:

www.grandpalais.fr

www.livejournal.com

www.blog.univ-angers.fr/

www.parisfierte.com

www.alimentation-generale.net

Publié le 14/01/2016 par Charles Baguette